Jeunes : Ne vous laissez pas diviser !

Pancarte brandie lors de la manifestation à Paris contre la loi El Khomri, le 9 mars 2016. Photo Flickr / laetitiablabla

Pancarte brandie lors de la manifestation à Paris contre la loi El Khomri, le 9 mars 2016. Photo Flickr / laetitiablabla

A la suite des manifestations qui ont eu lieu à travers le territoire français contre la loi El Khomri, le sociologue Michel Fize envoie un message fort aux jeunes : ne vous laissez pas diviser !

Jeunes : ne vous laissez pas diviser ! Hier, 8 mars, vous n’étiez pas tous dans la rue, même si vous étiez beaucoup malgré tout à braver les intempéries – la pluie à Paris : 20 organisations de jeunesse d’un coup, ce n’est pas si fréquent qu’il ne faille le signaler dans ces colonnes. Vous êtes membres de jeunesses politiques, étudiants, lycéens, mais de gauche pour la plupart, en tout cas vous êtes progressistes. Vous, les autres jeunes, qui êtes plutôt de droite ou du centre, ou conservateurs tout simplement, vous êtes restés chez vous, préférant à l’image de la FAGE vous réunir, samedi prochain, 12 mars, dans des « rassemblements citoyens », ou comme l’indique le syndicat lycéen UNL dans des AG. Quant à vous Jeunes populaires, ou Jeunes centristes, je sais combien nombre d’entre vous auraient aimé aussi être dans la rue, mais consignes nationales contraires obligent !

C’est votre choix, vous les autres jeunes, qui êtes pourtant les mêmes, d’être restés chez vous, mais permettez-moi de vous dire que ce non-rassemblement le 8 mars est une erreur stratégique, et de communication. Vous avanciez, vous les autre jeunes, de bonnes raisons, bien sûr, pour ne pas être là, avec les autres. Vous, la FAGE, vous avez dit que vous n’étiez pas comme l’UNEF favorable au RETRAIT de l’avant projet de loi de réforme du travail, mais à de profonds amendements du texte : et alors, cela vous empêchait-il d’être présent avec vos camarades, pour défendre vos propres positions, sous vos bannières et étendards  spécifiques ? Je ne le crois pas.

Jeunes qui revendiquez, et à juste titre, l’autonomie financière, pratiquez plus encore l’autonomie politique (même si, je l’avoue, vous avez beaucoup progressé en 30 ans de ce point de vue, et que je ne vous soupçonne nullement, comme d’autres le font aujourd’hui, d’être manipulés). Jeunesses politiques, socialistes, ou communistes, qui savez aujourd’hui penser par vous-mêmes, larguez complètement, définitivement, les amarres d’avec vos partis-pères, PC, PC, LR, UDI, etc., qui sont toujours dans le chaperonnage à votre égard, et, là, je reste dans un doux euphémisme ! Organisations étudiantes et lycéennes, faîtes en autant avec ces grands partis, qui vous veulent du bien pourvu que vous fassiez comme ils vous disent !

Jeunes, regardez d’abord vos intérêts de « classe d’âge », de génération. C’est plus urgent, me semble-t-il, que de satisfaire de (justes) besoins idéologiques, parfois poussiéreux. Il n’y a pas de honte, mes amis, à vous sentir jeune d’abord, puis, seulement après, socialiste, communiste, républicain, ou je ne sais quoi encore ! Comme je l’affirme à nouveau dans mon dernier livre, vous êtes, hélas, tous, plus ou moins, et depuis si longtemps, des jeunesses délaissées ou maltraitées par les pouvoirs publics, politiques, économiques. A vous le chômage et la précarité de masse, à vous les « diplômes-qui-ne-servent-plus-à-grand-chose » (mais qu’il faut malgré tout avoir, c’est un comble !). A vous les logements inaccessibles, les soins impossibles. Il y a « un malheur d’être jeune », disait Paul Vaillant-Couturier, en 1935. Avant d’ajouter : « La jeunesse veut s’unir pour lutter. Alors les vieux sorciers au pouvoir cherchent à la diviser ».

Jeunes, ne vous laissez pas diviser !

 

Michel FIZE, sociologue, responsable national au Mouvement des Progressistes, ancien conseiller régional d’Ile de France

Auteur de JEUNESSES A L’ABANDON, la construction universelle d’une exclusion sociale, Ed. Mimésis, 8 mars 2016

Auteur invité
Auteur invité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0d52530db696a732f222651c132d3b1aEEEEEEEEEEEEEEEEE