« Les mots justes trouvés au bon moment sont de l’action. »

Hannah Arendt (1906 - 1975)

Le monde sans Siné

Dessin issu de Siné Massacre numéro 9, consacré au colonialisme (avril 1963).

Dessin issu de Siné Massacre numéro 9, consacré au colonialisme (avril 1963).

Le 5 mai 2016, le monde a perdu Siné, grand illustrateur, dessinateur et satiriste politique, qui a ouvert la voie à une génération de dessinateurs français, d’humoristes et de simples écrivains. De Charlie Hebdo à Siné Mensuel, l’histoire de Siné couvre plus de six décennies d’art et de politique. Vénéré par ses collègues, son implication politique a divisé le monde entre ses fans dévoués et ses nombreux adversaires. Hommage à un génie… et à un ami.

A 14 ans, Maurice Sinet rejoint l’École Estienne pour apprendre le dessin technique. Cela se révélera utile lorsque, pendant la guerre d’indépendance algérienne, il devra fabriquer de faux passeports pour les fugitifs algériens. Mais c’est sa découverte de Saul Steinberg qui lui donne envie de s’essayer au dessin créatif, et qui affecte son style pour toujours. Il devient Siné. Au milieu des années 1950, son premier livre de dessins cyniques sans paroles reçoit un prix, le second vise son ennemi préféré, le Vatican, et le troisième est une série d’illustrations de jeux de mots apolitiques contenant la syllabe « chat ». De façon inattendue, ce petit livre sera un énorme succès, traduit dans d’autres langues lorsque cela sera possible, le rendant riche et célèbre pour la première et presque unique fois de toute sa carrière.

Du livre des Chats traduit en anglais, Scatty (1958).

Du livre des Chats traduit en anglais, Scatty (1958).

Muni de cette renommée, il entame une carrière de caricaturiste politique dans la presse généraliste. Siné est un activiste politique autodidacte, dont les opinions très fortes sont basées sur sa rage, son intégrité, son instinct, et aussi une allergie naturelle à toute forme d’autorité, qu’elle vienne de la police, de l’armée, du patron, de l’Église ou de l’État. Son premier engagement politique spontané est en faveur de l’indépendance de l’Algérie, et contre son propre gouvernement français. Son style change des « petits dessins humoristiques ».

De Gaulle fait le fier pendant que la France coule, dessin publié dans L'Express, 1962.

De Gaulle fait le fier pendant que la France coule, dessin publié dans L’Express, 1962.

Il est agressif et violent, condamne, se moque et ridiculise le président De Gaulle, l’armée et le colonialisme de la France, tout en soutenant la résistance armée du peuple algérien. Sa fierté est d’être haï par un nombre croissant de lecteurs de L’Express.

Lorsque l’un de ses dessins est refusé, il quitte L’Express et fonde son propre journal Siné Massacre en 1962, afin d’être en mesure de publier tout ce qu’il veut. Le dessin de presse est redéfini comme une arme anarchiste, utilisé pour critiquer, se moquer et provoquer. Il s’attaque au conservatisme et au racisme, au capitalisme et à la religion, au nationalisme et au colonialisme, à la censure et à la violence de l’État français, à l’impérialisme américain et au sionisme israélien, à un moment où toutes ces valeurs sont sacrées. Chacun des neuf numéros de Siné Massacre entraîne un procès, de lourdes amendes et la censure. Le journal coule, mais Siné a trouvé ses héros, les révolutionnaires du tiers monde. Il fera le tour du monde pour les rencontrer, Malcolm X, Ahmed Ben Bella, Fidel Castro, et il les critiquera quand ils trahiront la Révolution. Il se lie d’amitié avec eux, ainsi qu’avec d’autres intellectuels et provocateurs français comme Jacques Prévert, Boris Vian ou Jean Genêt, qu’il séduit avec son sens de l’humour irrésistible.

 

Première et dernière couverture de Siné Massacre, de décembre 1962 et avril 1963. De Gaulle et le colonialisme, deux des obsessions récurrentes de Siné à l'époque.

Première et dernière couverture de Siné Massacre, de décembre 1962 et avril 1963. De Gaulle et le colonialisme, deux des obsessions récurrentes de Siné à l’époque.

Mai 1968, Siné sent dans les rues de Paris l’odeur de la révolution qu’il attendait. Contre la brutalité policière, mais aussi parce que les journaux traditionnels, les partis et les syndicats sont trop peu engagés pour son enthousiasme, il décide de créer un nouveau journal, L’Enragé, pour soutenir la révolution. L’Enragé devient une université pour les caricaturistes qui deviendront plus tard célèbres dans Charlie Hebdo (Cabu, Gébé, Reiser, Wolinski, Willem …) mais, là encore, il est trop radical pour son temps et la revue s’arrête après seulement douze numéros. Les éditions originales de Siné Massacre ou L’Enragé sont disponibles sur ebay, mais l’éditeur qui publierait un livre en les reproduisant aujourd’hui mériterait un prix Pulitzer, ou la médaille d’honneur et du courage ! Bien qu’il collabore brièvement avec eux dans les années 1970, Siné refuse de rejoindre ses amis dans les journaux satiriques Charlie Hebdo ou Hara-Kiri, qu’il trouve drôles mais laids, et pas assez politiques.

Couvertures des numéros 2 et 3 de L'Enragé (mai et juin 1968).

Couvertures des numéros 2 et 3 de L’Enragé (mai et juin 1968).

Censuré dans la presse générale, Siné a heureusement d’autres passions et d’autres talents. Sa rage, quand il est question de politique, est aussi grande que son cœur quand il s’agit d’amour, d’amitié, des chats, des fêtes, du vin… et de la musique. Musique des opprimés, bien sûr, car Siné est un fan, un expert et un collectionneur de jazz (traditionnel et free), gospel, soul, salsa, flamenco, etc. Il dessine dans d’autres médias, des couvertures de livres et des pochettes de disques, des affiches de festival et des chroniques musicales dans des magazines de jazz. Après avoir commencé avec des dessins sans paroles, il développe un nouveau style qu’il utilisera pour le reste de sa vie, et qu’il appelle ses « zones » : un texte sur une ou deux colonnes d’un journal, écrit à la main (avec son écriture inimitable), et entrelacé de dessins. Il montre un talent pour l’écriture, en utilisant un vocabulaire très riche et teinté d’argot, des expressions créatives, et des métaphores hilarantes.

Pochette du disque Les Géants du Jazz, 1987.

Pochette du disque Les Géants du Jazz, 1987.

En 1992, le nouveau Charlie Hebdo est créé par Philippe Val, qui embauche Siné avec d’autres membres de la première édition, et de jeunes dessinateurs tels que Charb ou Tignous. Cette version de la revue sera politique, comme Siné voulait, et Siné aura sa « zone » où il pourra écrire et dessiner tout ce qu’il veut. Pendant 15 ans, il exprimera ses opinions radicales, en s’aliénant progressivement Val, toujours contre les guerres impérialistes, les projets capitalistes, et pour la lutte de libération du peuple palestinien. Le succès inattendu de Charlie Hebdo garantit à Siné un emploi sûr, mais aussi un nombre croissant de fans. Dans sa zone et son autobiographie (judicieusement intitulée « Ma vie, mon œuvre, mon cul »), il se dessine et exprime ses opinions de tout son cœur, sans secrets ni tabous, sans chercher à se faire passer pour un héros. De ses ennemis politiques à ses héros musicaux, de ses échecs sexuels à ses problèmes de santé, il se confie au lecteur qui devient un ami. Il exorcise sa peur de la mort en décidant publiquement d’être enterré avec ses amis, sous une sculpture géante qu’il conçoit, qui montre le majeur à la grande faucheuse.

Couverture et page intérieure du premier volume de l'autobiographie de Siné, Ma vie, Mon oeuvre, Mon cul! (1999).

Couverture et page intérieure du premier volume de l’autobiographie de Siné, Ma vie, Mon oeuvre, Mon cul! (1999).

En utilisant l’infâme accusation d’antisémitisme, qu’un tribunal français rejettera, Philippe Val parvient à licencier Siné de Charlie Hebdo en 2008. Les partisans du dessinateur comprennent des humoristes célèbres qui reconnaissent leur dette envers lui (Christophe Alévêque, Guy Bedos, Benoît Delépine, Philippe Geluck…). Dans un monde sans Siné, il ne serait pas possible de dessiner et de se moquer des puissants, du sacré et du tabou. Un monde sans Siné est un monde où la liberté d’expression est vraiment en jeu. Au nom de cet héritage, en 2008, ses soutiens l’aident à fonder, à l’âge de 80 ans, encore une nouvelle revue : Siné Hebdo, un hebdomadaire qui dure 20 mois, suivi du mensuel Siné Mensuel, dont le numéro de mai 2016 a été publié la veille de son décès. Explicitement politique (chaque numéro comprendra une chronique sur la Palestine), le journal comprendra également des chroniques sur la culture et la contre-culture. Les vieux amis sont appelés, mais de nouveaux dessinateurs ou chroniqueurs sont embauchés (j’aurai l’honneur d’y écrire sur la musique). Chaque collaborateur est libre d’écrire ou de dessiner ce qu’il ou elle veut, mais, à la différence des tentatives précédentes de Siné, ce journal est géré professionnellement par son épouse, Catherine. Siné veut une belle revue et il est obsédé par chaque détail graphique. Il est responsable de la couverture, en plus de sa « zone » attendue, où il reste radical comme un adolescent.

Couvertures de Siné Hebdo (février 2009) et Siné Mensuel (mai 2016). On peut remarquer la constance des obsessions de Siné à travers cinq décennies de dessin politique.

Couvertures de Siné Hebdo (février 2009) et Siné Mensuel (mai 2016). On peut remarquer la constance des obsessions de Siné à travers cinq décennies de dessin politique.

En 2013, la santé de Siné décline, et une leucémie l’envoie à l’hôpital pour ce qu’il pense être son dernier voyage. Ayant récemment appris à utiliser un ordinateur, et son esprit étant totalement alerte, il décide d’écrire ses mémoires, de décrire ses sensations physiques et mentales depuis son « lit de mort », et de les publier presque tous les jours sur le site web de la revue. Incroyablement émouvants, pleins d’esprit, drôles, beaux, et parsemés de rage et d’amour, ces textes et dessins auront un tel succès qu’ils seront publiés sous le nom de « Journal pré-posthume ». Aussi malade qu’il soit, il continue néanmoins de mettre son énergie à signer, et à convaincre ses collègues de signer, des pétitions qu’il juge utiles, contre la collaboration du festival de bande dessinée d’Angoulême avec un commanditaire israélien, en faveur des réfugiés syriens à Calais , contre l’état d’urgence en France, etc. Il y a deux mois, il portait plainte contre Bernard-Henri Lévy, le mois dernier encore, il pleurait sur la décrépitude du chanteur Renaud et, contrairement à toutes les prédictions, sa rage ne s’était pas émoussée avec le temps : personne n’aurait jamais pu le dé-radicaliser.

Couverture du Journal pré-posthume (2014) et photographie de la tombe de Siné, avec une sculpture qu'il avait dessinée en 2009, un majeur déguisé en cactus.

Couverture du Journal pré-posthume (2014) et photographie de la tombe de Siné, avec une sculpture qu’il avait dessinée en 2009, un majeur déguisé en cactus.

Sa dernière « zone », le jour avant sa mort, fait encore allusion à sa peur de mourir : « C’est horriblement chiant de ne penser obsessionnellement qu’à sa mort qui approche, à ses futures obsèques, et au chagrin de ses proches ! Je pense aussi à tous les enculés qui vont se frotter les mains, et ça m’énerve grave de crever avant eux ! » Après avoir informé le lecteur qu’il va subir une opération chirurgicale, il admet : « Je n’en mène pas trop large, je vous l’avoue, et je serre les fesses comme un pressoir à olives pour évacuer le stress ! ». Le 11 mai, il a été incinéré sous la musique de Billie Holiday, Nina Simone, Dizzy Gillespie, Ray Charles, Otis Redding, Dottie Peoples, et d’autres. Son urne a été déposée à l’intérieur de sa tombe, sous le grand doigt, attendant ses amis pour continuer à faire la fête…

Dror

Auteur invité
Auteur invité

1 commentaire

  1. gabar

    29 juin 2016 à 16 h 26 min

    Un plaisir de lire cet article, enfin pas tout à fait non plus vu le contenu, merde c’est compliqué.
    Siné. bien sur Siné ! L’indispensable colère et l’indispensable talent, sans oublier l’indispensable copain d’une petite cave à vin où, parfois, nous nous retrouvions avec Topor.
    Merci Dror pour tout ce que tu as écrie là.

    Gabar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

55382c75e087c6a172a3b5fe46af971a_____________________________