« Les mots justes trouvés au bon moment sont de l’action. »

Hannah Arendt (1906 - 1975)

Promouvoir la culture en prison

culture-en-prison

Precedent1 sur 3Suivant

Partant du principe que la prison est une privation de circulation mais pas une privation d’accès au droit commun, les Ministères de la Culture et de la Justice ont mis en place des mesures pour promouvoir l’introduction et le développement de la culture en milieu pénitentiaire.

En 1986, un premier protocole d’accord est signé entre Robert Badinter et Jack Lang, alors ministres de la Justice et de la Culture, afin de régir l’intervention artistique en milieu carcéral. Deux volontés fondamentales se dégagent alors : celle d’exceller dans les propositions artistiques faites aux détenus et celle d’appréhender les pratiques culturelles comme une ouverture sur la Cité. Une ligne de conduite renforcée par deux nouveaux protocoles signés en 1990 et 2009, et déclinée à l’échelon régional par la signature de conventions entre les Directions Régionales des Affaires Culturelles (DRAC) et les Directions Interrégionales des Services Pénitentiaires (DISP).

Encadrés par ces protocoles, les premiers efforts se sont tournés vers la réhabilitation des bibliothèques des prisons avant d’être engagés dans la mise en place de projets événementiels et d’ateliers artistiques. Une machine culturelle qui serait difficile à faire fonctionner sans l’intervention d’associations telle que HORS CADRE qui fait le lien entre le milieu pénitentiaire et les artistes intervenants pour la mise en place de propositions artistiques. Basée dans le Nord-Pas-de-Calais, cette association monte plus d’une centaine de projets/ateliers par an qui sont par la suite déployés dans les 10 établissements que compte la région. Malgré le nombre important d’interventions, Marc Le Piouff, chef de projet pour le développement de la culture en milieu pénitentiaire à HORS CADRE, n’estime pas que le rôle de son association est mécanique. Il ajoute qu’elle n’est « pas là pour dire qu’il faut de la culture en prison mais pour aider à ce qu’elle puisse se décliner en milieu pénitentiaire » et faire en sorte « d’être une interface et une ressource » pour la « co-construction » de projets viables.

bibliotheque-prison

C’est dans cette optique que chaque année, un comité de pilotage comptant les directeurs d’établissement et ceux des services pénitentiaires d’insertion et de probation ainsi que la DRAC, la DISP et HORS CADRE se réunissent pour faire un bilan de ce qui a été fait dans les établissements mais aussi pour « discuter véritablement des contenus, des évolutions et des grandes orientations culturelles pour le milieu carcéral» explique Marc Le Piouff. Parallèlement à ce comité de pilotage, une autre réunion permet de mettre à plat la situation culturelle prison par prison. Une fois par an, au sein de chaque établissement pénitencier, un comité technique local composé de travailleurs sociaux, du directeur de la prison, de structures culturelles partenaires mais aussi parfois d’un groupe de détenus, se tient et évoque « les souhaits de l’établissement en matière de projet culturel ».

Forte de cette organisation et de cette « démarche croisée », la région Nord-Pas-de-Calais n’est pas pour autant l’illustration de ce qui se passe forcément dans le reste de la France en matière de culture en milieu carcéral. En effet, l’interface qu’est devenue HORS CADRE existe du fait du grand nombre de prisons pour ces départements. Pour les régions où se trouvent peu d’établissements pénitentiaires, « il y a des travailleurs sociaux référents culture au sein de chaque prison qui développent eux-mêmes des projets avec l’aide des DRAC et des DISP » explique Marc Le Piouff ajoutant qu’ « il n’y a pas besoin d’un intermédiaire extérieur pour une seule prison ».

Precedent1 sur 3Suivant
Constance Berjault
Constance Berjaut est diplômée de l’Ecole du Louvre et de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Paris. C’est tout naturellement qu’elle s’est tournée vers la presse culturelle pour traiter de sujets inédits mettant en lumière la créativité et le positivisme de certaines initiatives et démarches.

1 commentaire

  1. bruno des baumettes

    15 novembre 2013 à 8 h 46 min

    Très intéressant article de fond sur la question, j’ai ouvert un blog : http://brunodesbaumettes.overblog.com où je tente de faire le lien entre « culture » et « prison »… ps – j’ai repris la photo titre de l’article mais je n’en connais pas l’auteur – pourriez-vous m’en dire l’origine…

    encore une fois : super

    merci, salutations
    bruno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

f1ef68b57981d9d27886dd9720bcae0d88888888888888888888888888888888