« Voila pourquoi j’ai fait Les Misérables », lettre de Victor Hugo à Lamartine

Régulièrement, Pollens vous proposera la lecture d’un extrait d’œuvre d’un philosophe, d’un intellectuel, d’un poète, d’un écrivain ou celle d’un artiste ou d’un citoyen engagé dont la portée nous parait essentielle à (re)découvrir. Voici un extrait de la correspondance entre Victor Hugo et Alphonse de Lamartine dans lequel l’écrivain revient sur la radicalité qui l’a amené à réaliser son œuvre Les Misérables. Une correspondance accessible sur Deslettres

« Mon illustre ami,

Si le radical, c’est l’idéal, oui, je suis radical. Oui, à tous les points de vue, je comprends, je veux et j’appelle le mieux ; le mieux, quoique dénoncé par le proverbe, n’est pas ennemi du bien, car cela reviendrait à dire : le mieux est l’ami du mal. Oui, une société qui admet la misère, oui, une religion qui admet l’enfer, oui, une humanité qui admet la guerre, me semblent une société, une religion et une humanité inférieures, et c’est vers la société d’en haut, vers l’humanité d’en haut et vers la religion d’en haut que je tends : société sans roi, humanité sans frontières, religion sans livre. Oui, je combats le prêtre qui vend le mensonge et le juge qui rend l’injustice. Universaliser la propriété (ce qui est le contraire de l’abolir) en supprimant le parasitisme, c’est-à-dire arriver à ce but : tout homme propriétaire et aucun homme maître, voilà pour moi la véritable économie sociale et politique. Le but est éloigné. Est-ce une raison pour n’y pas marcher ? J’abrège et je me résume. Oui, autant qu’il est permis à l’homme de vouloir, je veux détruire la fatalité humaine ; je condamne l’esclavage, je chasse la misère, j’enseigne l’ignorance, je traite la maladie, j’éclaire la nuit, je hais la haine. Voilà ce que je suis, et voilà pourquoi j’ai fait Les Misérables. Dans ma pensée, Les Misérables ne sont autre chose qu’un livre ayant la fraternité pour base et le progrès pour cime. Maintenant jugez-moi. » […]

The Dissident
L'indécence et le courage de la liberté.

9 Comments

  1. ziraoui

    11 juin 2015 à 22 h 11 min

    je lis toujours ce que vous écrivez

  2. HAMMOUCHA

    11 juin 2015 à 23 h 46 min

    C’est impressionant la premiere fois que je decouvre V.H expliquant les raisons qui l’ont pousse a ecrire son ouvrage » »LES MISERABLES

  3. Chantal B.

    17 juin 2015 à 12 h 51 min

    Victor Hugo était un génie humain, inspiré par l’humanité toute entière, dont la force de l’inspiration a guidé de nombreuses évolutions sociales.

  4. maguy

    22 juin 2015 à 8 h 58 min

    Formidable je suis t tout simplement VICTOR. Des décennies plus tard cette vérité est toujours aussi éclatante.

    • hadj

      29 janvier 2016 à 23 h 14 min

      au vu de ce qui se passe actuellement à travers le monde’ j’ai l’impression que les vœux du célèbre écrivain(V.H) prennent une tournure contraire

  5. KOUKI

    5 juillet 2016 à 10 h 52 min

    Je n’ai jamais saisi la pensée occidentale entre l’application sans faille de la loi et la privatisation des sentiments et croyances humaines qu’à travers  »Les Misérables » de Victor Hugo.

  6. Arielle Beddok

    31 décembre 2016 à 8 h 43 min

    Quelles paroles modernes! Alors si nous sommes nombreux à avoir lu les misérables , nous sommes peu à en avoir compris la vraie portée et encore moins à avoir oeuvré dans son sens. Nous avons ensemble beaucoup des travail pour parvenir à cette société idéale.

    • zeghlache

      31 décembre 2016 à 11 h 37 min

      Tout à fait d’accord Arielle beaucoup de travail nous attend et pour bien le faire relire les Misérables à nos enfants,le travail sera dur et long!

  7. Fasian

    3 janvier 2017 à 17 h 56 min

    Victoire Hugo, cette imencité de l’esprit et du cœur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

c4ce4b0f729be834002f662af439d687zzzzzzzzzzzzzzzzz