Aung San Suu Kyi

← Retour à la galerie

Aung San Suu Kyi (1945 – toujours en vie)

Femme politique birmane

Prix Nobel de la paix en 1991, Aung San Suu Kyi s’est beaucoup inspirée de la lutte non violente de Gandhi au lendemain de la sanglante répression de 1988, en Birmanie, contre les manifestations pro-démocratiques. Elle crée cette année-là la Ligue Nationale pour la Démocratie et milite en faveur de réformes politiques pour la démocratie dans son pays. En 1990, lors d’élections générales, le parti de Suu Kyi remporte 58% des voix et assure à son leader une place de Premier ministre, mais la junte militaire annule les résultats et la place en détention surveillée.  Les vingt prochaines années seront une succession d’assignations à résidence et d’hospitalisations du fait de la santé fragile de la « dame de Rangoun ». Son parti boycotte en 2010 les élections législatives. S’en suit alors un revirement total du pouvoir birman détenu par le président Thein Sein : Aung San Suu Kyi est libérée ainsi que de nombreux autres prisonniers politiques. Les élections législatives partielles de 2012 lui permettent non seulement d’accéder pour la première fois au Parlement birman, mais aussi d’entamer un tour d’Europe et obtenir le soutien des occidentaux dans la démocratisation de son pays. La dissidente birmane a annoncé le 6 juin 2013 son souhait de se présenter aux élections présidentielles de 2015.

Quelques-unes de ses œuvres :

Se libérer de la peur, 1991, avec Michael Aris, son époux
Ma Birmanie, 2008, avec Alan Clements
Résistances, 2011, avec Stéphane Hessel

« Ce n’est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur. La peur de perdre le pouvoir pour ceux qui l’exercent et la peur des matraques pour ceux que le pouvoir opprime. »

En savoir plus sur Aung San Suu Kyi

 

  • Categorie: Asie du Sud-Est, Champ d'action, Contemporaine (1789-...), Droits de l'Homme, Epoque, Politique, Zone de perturbation