Diogène de Sinope

← Retour à la galerie

Diogène (413 av J.-C. – 327 av J.-C.)

Philosophe grec

À ceux qui s’offusquaient de le voir se masturber sur l’agora, Diogène répondait « que la vie serait douce s’il suffisait ainsi de se caresser le ventre pour apaiser sa faim », car telle était la véritable règle de vie du père du cynisme philosophique : « Vivre comme un chien ». C’est là en effet le véritable sens du mot cynisme, qui n’a rien à voir avec sa signification actuelle qui caractérise un comportement consistant à jouer un jeu dont on sait les règles faussées. Bien au contraire, le cynisme de Diogène consiste à refuser ce jeu. Vivre « comme un chien » signifie pour lui vivre en accord avec la nature, en refusant les conventions sociales jugées artificielles et hypocrites. Aussi, faut-il renoncer aux honneurs, être indifférent au jugement d’autrui et ne pas se laisser impressionner par l’aura dont se parent ceux qui se prétendent supérieurs. Deux anecdotes illustrent parfaitement l’idéal de sagesse de Diogène.

  • À un jeune homme qui souhaitait devenir son disciple Diogène demanda de passer une journée à déambuler dans Athènes en promenant un hareng au bout d’une ficelle. Si tu n’es pas capable de supporter les quolibets des passants, lui dit-il, c’est que tu n’es pas encore prêt à suivre mon enseignement.
  • À l’empereur Alexandre venu lui rendre visite dans l’amphore qui lui servait d’abri, Diogène n’eut d’autres mots que « ôte toi de mon soleil ».

Il y a dans cette attitude une dimension socratique, mais c’est plus par sa conduite que par les mots que Diogène s’est efforcé d’accoucher les esprits. Une conduite exprimant une pensée poussée à l’extrême. Ce qui fit dire à Platon, à propos de cet anarchiste antique, « c’est Socrate devenu fou ».

 

  • Categorie: Antique (-2000-476), Europe, Philosophie