Hippocrate

← Retour à la galerie

Hippocrate de Cos (460-370 avant JC)

« Père » de la médecine occidentale et philosophe « dissident »

Descendant présumé des dieux de la médecine, comme tous les Asclépiades, une confrérie médico-mystique de la Grèce antique, Hippocrate de Cos demeure l’idole des médecins occidentaux qui, pour pouvoir pratiquer, continuent de jurer sur le serment qui porte son nom. Non content d’avoir révolutionné la médecine, en élevant cet art au rang de discipline, en compilant, puis assurant la transmission de son savoir, via l’Ecole hippocratique et les soixante livres du Corpus hippocraticum, le philosophe grec ôte à la médecine sa dimension sacrée : « c’est la nature qui guérit les malades » et non les dieux. Le rôle du médecin : comprendre la nature (c’est l’examen clinique), la seconder (c’est la prescription thérapeutique) et « avant tout ne pas nuire ».

Quelques-unes de ses œuvres :

Le Corpus hippocratique (ou Corpus hippocraticum), compilation de plus de soixante textes écrits de la main d’Hippocrate ou de celles de ses nombreux disciples, parmi lesquels, Le [fameux] Serment d’Hippocrate.

« La vie est courte, l’art est long, l’occasion fugitive, l’expérience trompeuse, le jugement difficile. »

« L’homme doit harmoniser l’esprit et le corps. »

En savoir plus sur Hippocrate

  • Categorie: Antique (-2000-476), Europe, Philosophie, Sciences