Waris Dirie

← Retour à la galerie

Waris Dirie (1965 – toujours en vie)

Ecrivain somalienne, ambassadrice de l’ONU, chargée des questions de mutilations sexuelles

Waris Dirie subit l’excision traditionnelle à l’âge de 5 ans et échappe à un mariage forcé en fuyant le camp nomade familial à seulement 13 ans. Après avoir erré dans le désert pendant plusieurs jours, elle arrive à Mogadiscio et se fait engager comme bonne auprès de son oncle ambassadeur de Somalie à Londres. Remarquée par le photographe anglais Terence Donovan, elle commence une carrière de top model internationale.

Dans les années 1990s, Waris Dirie témoigne des mutilations sexuelles qu’elle et des millions d’enfants africaines subissent. Le Fonds des Nations Unies pour la population la nomme ambassadrice, fonctions qu’elle abandonnera en 2003 pour se consacrer à la fondation Kering. Cette fondation d’entreprise lutte contre les violences faites aux femmes et pour le développement au bénéfice des femmes (microfinancement, partenariats internationaux…). Waris Dirie est également membre du Club de Budapest, association internationale pour une nouvelle éthique visant à résoudre les problèmes sociaux, politique, économiques et les défis environnementaux du 21ème siècle. Elle est élevée au titre de Chevalier de la Légion d’Honneur en 2007. Depuis, elle a créé la Fondation Waris Dirie.

Quelques-unes de ses œuvres :

Fleur du désert : du désert de Somalie à l’univers des top-models, 1998

L’Aube du désert, 2002

Desert Children, 2005

A letter to my mother, 2007

« Les femmes doivent éduquer les garçons. Chaque mère possède la clé du monde. »

En savoir plus sur Waris Dirie (en anglais

Lire l’interview complète de Waris Dirie

  • Categorie: Afrique subsaharienne, Droits de la Femme, Espoirs du XXIe siècle