Billets

Découvrez dans notre rendez-vous « Billets » de petits textes, fragments de textes, billets, libelles, incipits en lien avec la thématique et/ou la personnalité centrale du numéro.

Paul B., 68 ans, né à Bordeaux, ancien consultant en stratégie d’entreprise, passionné par la mer et le bateau

« Non, je ne tenterai pas de définir Albert Camus, ni de comprendre quels sont les circonstances de sa vie qui le firent émerger. Je ne réduirai pas cet homme, comme le fit Victor del Arbol au Banquet du livre de Lagrasse de cette année, au fruit d’une enfance sans père, entourée d’une mère silencieuse et d’une grand mère revêche et agressive. Et quelle est la part de la violence de la lumière d’Algérie qui, à midi, avale les couleurs pour ne laisser qu’un ciel noir et des pierres blanches. Et de ce vent puissant, né de cet air vibrant de chaleur qui « me façonnait à l’image de l’ardente nudité qui m’entourait » (Noces). Peu importe le pourquoi, le comment, pourquoi vouloir vainement expliquer le mystère de ce qui fait les hommes. Je me contente de lire et de relire. Je prends et je reprends ses écrits. Merci Albert Camus de me permettre de partager votre pensée, de me souvenir « d’une grande fille magnifique qui avait dansé tout l’après-midi. Elle portait un collier de jasmin sur sa robe bleue collante, que la sueur mouillait depuis les reins jusqu’aux jambes. Elle riait en dansant et renversait la tête. Quand elle passait entre les tables, elle laissait après elle une odeur mêlée de fleurs et de chair » (Noces). »

 

The Dissident
L'indécence et le courage de la liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *