Global Trade Day, l’appel du 18 avril contre les traités de libre-échange

Manifestation contre l'ACTA, l'accord commercial anti-contrefaçon, le 11 février 2012 à Paris - (c) Rog01

Alors que l’Union Européenne et les États-Unis poursuivent leurs – opaques – négociations autour du Traité de libre-échange transatlantique (également connu sous l’acronyme Tafta), une mobilisation mondiale contre les accords de libre-échange est prévue samedi 18 avril.

Voilà des décennies qu’ils déferlent sur le monde. Destinés à libéraliser les biens et les services, les Accords de Libre Échanges (ALE) ne cessent d’essaimer aux quatre coins du globe : selon l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), qui souligne leur « multiplication (…) depuis le début des années 90 », il en existe aujourd’hui plus de 600. Et font actuellement l’objet, de l’aveu même du Ministère des Affaires Étrangères, d’ « un regain sensible d’intérêt ».

Des accords qui, pourtant, sont régulièrement pointés du doigt par des représentants de la société civile. Ici, on souligne les dangers du futur TiSA, négocié (très) discrètement par cinquante pays, en vue de libéraliser davantage les services. Là, citoyens ou Économistes Atterrés s’alarment d’une possible ratification du Tafta, qui prévoit notamment la mise en place de tribunaux arbitraux, et permettrait ainsi aux multinationales d’attaquer les États.

Alors que la grogne monte face à ces accords, accusés de favoriser les intérêts privés au détriment des peuples et de l’environnement, des mouvements et des organisations issus de différents pays appellent donc à un rassemblement mondial le samedi 18 avril, sous la bannière du « Global Trade Day » :

« Nous, mouvements sociaux et écologistes, syndicats, paysans, jeunes, femmes, mouvements autochtones, militantes et militants des quatre coins du monde, appelons à une Journée d’action internationale le samedi 18 avril 2015 pour mettre en échec les traités de libre-échange et d’investissement et le pouvoir des multinationales, et promouvoir une économie qui soit au service des peuples et de la planète.

Depuis des décennies, les gouvernements et les multinationales poussent à la négociation en secret d’accords de libre-échange et d’investissement qui sapent nos droits et détruisent l’environnement.

Depuis des décennies, nous luttons pour la souveraineté alimentaire, les biens communs, l’emploi, pour défendre nos terres, les libertés numériques, et pour reconquérir la démocratie. En chemin, notre mouvement a grandi, nous avons fait entendre nos voix et nous avons remporté des victoires.

Ensemble, nous pouvons arrêter les accords en cours de négociation, et renverser les effets néfastes des accords passés. Nous pouvons faire avancer nos alternatives, qui placent les droits humains avant les profits des multinationales.

Nous appelons les organisations, collectifs et citoyen-nes à rejoindre cette mobilisation en organisant des actions décentralisées sur les cinq continents, dans le respect de notre diversité. Nous invitons à multiplier les actions à travers le monde, en solidarité, afin de faire connaître nos campagnes, d’impliquer et de mobiliser plus largement les populations sur tous les territoires, pour un nouveau modèle économique et commercial qui serve les droits des peuples et respecte l’environnement. »

Carte des mobilisations prévues le 18 avril

Carte des mobilisations prévues le 18 avril


Aurélia Blanc
Aurélia Blanc, journaliste indépendante. Passée par Respect Mag ou le Bondy Blog, je traîne mes guêtres sur le web, dans la presse magazine ou dans l'édition.