Google est-il dangereux pour nos esprits ?

"Le web tel que nous le connaissons est menacé de différentes façons." Tim Berners-Lee

"Le web tel que nous le connaissons est menacé de différentes façons." Tim Berners-Lee

Les algorithmes du moteur de recherche Google représentent-ils un danger pour l’ouverture d’esprit et la capacité d’évolution des 91% d’internautes Français qui l’utilisent tous les jours ? En tentant par tous les moyens de nous proposer des résultats pertinents, le géant ne nous rend peut-être pas tant service.

Demandez à un référenceur comment il faut s’y prendre pour qu’un site arrive premier dans les pages de résultats du moteur de recherche Google et vous l’entendrez soupirer longuement avant d’entreprendre un vague début d’explication. Le référenceur, c’est ce technicien qui va optimiser votre site et son environnement pour plaire aux algorithmes des moteurs, afin que celui-ci remonte dans le classement. Derrière ce classement, il existe en effet des algorithmes mystérieux qui ont pour objectif de nous proposer les sites correspondant le mieux à notre recherche. Jusqu’ici rien à dire, c’est quand même la raison d’être d’un moteur de recherche.

Google et la recherche personnalisée

Là où ça se gâte, c’est quand on utilise fréquemment le moteur de recherche sans jamais vider son cache (et même là…). L’algorithme va prendre en compte toutes nos recherches et les utiliser pour nous proposer des contenus encore plus pertinents. Il va ainsi comprendre que je cherche souvent tel type de vêtements, tel genre d’articles et me les proposer plus souvent. Vous pensiez que tout le monde avait les mêmes résultats de recherche ? Ce n’est (malheureusement) plus le cas depuis 2009.

Vous le voyez le problème ? Recherchez des infos sur un sujet qui prête au débat, consultez les sites ou les articles dont le titre évoque votre point de vue et Google vous proposera désormais d’autres contenus adoptant le même point de vue. Google vient alors d’anéantir l’intérêt n°1 d’Internet : s’ouvrir l’esprit, récolter des informations librement et des opinions différentes de la sienne. A force de constater que beaucoup d’autres pensent comme vous, vous finirez même (peut-être) par vous endoctriner tout seul. Imaginez ce qu’un lobby est en capacité de faire avec une arme aussi puissante que le référencement naturel (l’optimisation du classement).

Ce qu’on ne vous dit pas sur le référencement naturel

Oui, plus fort que la censure, le référencement naturel est un outil à double tranchant. Tant qu’il s’agit d’améliorer les positions du site de l’association du coin, tout va bien. En revanche, si un lobby ou une organisation politique souhaitait (on ne dit pas qu’ils le font déjà, non ! pas du tout ! ce serait vil !) mettre en avant une information, vraie ou fausse, pour servir ses intérêts, il lui suffirait de manipuler les algorithmes de Google à son avantage avec quelques bons référenceurs. Pire, ce genre de manipulation passerait totalement inaperçu aux yeux des internautes qui utilisent le moteur de recherche.

Le travail de modelage des pages de résultats peut dès lors reléguer aux pages lointaines des informations parfois plus officielles, neutres ou sérieuses. Par exemple, un rapport récent du sénateur Jacques Mézard sur l’influence des sectes dans le domaine de la santé mentionnait que sur des recherches comme « cure alternative cancer », les sites de mouvements sectaires sortaient avant les articles officiels du ministère de la santé qui ne font pas d’effort pour être bien référencés (lire l’article).

Un business juteux à géométrie variable

Un business est d’ailleurs né de ces besoins en modelage il y a quelques années : la gestion de la e-réputation. Attention, c’est un service réellement utile dans certains cas légitimes. Prenons  par exemple un entrepreneur qui a été obligé de licencier et dont la réputation a été entachée par des articles de journaux. Les journaux papier ayant une durée de vie courte, ils sont alors vite oubliés ou mis à la poubelle. A contrario sur Internet, dès qu’on tape le nom de l’entrepreneur, les archives de ces articles et des forums d’employés mécontents ressortent automatiquement. Ceci n’est ni normal ni juste, ne serait-ce qu’au regard du respect du droit à l’oubli protégé (parfois un peu mollement mais c’est un autre sujet) par la CNIL, la Commission Nationale Informatique et Liberté. La seule solution pour « nettoyer » sa réputation, lorsque les e-mails aux administrateurs des sites et à la CNIL pour faire retirer le contenu n’ont pas suffi, consiste à utiliser le référencement naturel pour « noyer » ce contenu négatif dans un océan de contenus positifs qui vont venir prendre sa place sur la 1ère page de Google. Peu d’internautes cherchent en effet au-delà de la 1ère ou de la 2nde page de résultats et notre entrepreneur est ainsi blanchi, bel exemple de ce qu’un référenceur peut faire en matière de manipulation (ou d’instrumentalisation) que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons.

Le World Wide Web sous la menace

Chacun y réfléchira, mais il est certain que la neutralité du web est constamment menacée par ce type de dérive, d’autant plus qu’une information manipulée est extrêmement difficile à déceler. En 1938, Orson Welles faisait croire à l’invasion des Etats-Unis par les Martiens. Aujourd’hui, Internet offre un terrain encore plus fertile à la mystification ou la manipulation à l’échelle mondiale, tout ceci à la vitesse d’un clic dans Google.

L’inventeur du World Wide Web, Tim Berners-Lee, déclarait récemment sur le site Scientific American : « Le web tel que nous le connaissons est menacé de différentes façons… Certains de ses utilisateurs les plus influents ont commencé à le pervertir. […] Des gouvernements, totalitaires comme démocratiques, sont en train de surveiller le comportement des gens, leurs habitudes, et mettent en danger les droits de l’homme et du citoyen. »

net-neutrality1

Note de l’auteur : Pour être fairplay, les autres moteurs (Bing, Yahoo et compagnie) utilisent le même genre d’algorithmes et cherchent eux aussi à proposer les résultats les plus pertinents à l’internaute. Seulement, en France, ce sont bien 9 Français sur 10 qui utilisent Google, une proportion bien plus importante qu’aux Etats-Unis par exemple.

Pour en savoir plus sur la neutralité du net

Hortense Chevalier
Hortense Chevalier (Lelong de Longpré), 30 ans - Responsable webmarketing et juriste en droit des NTIC, je suis une passionnée des nouvelles technologies et je parle ici des évolutions ou des révolutions qui changeront la vie et les modes de consommation du citoyen : impression 3D, nanotechnologie, usages sur internet...