Black-Label, par Léon-Gontran Damas - The Dissident - The Dissident

Black-Label, par Léon-Gontran Damas

Black-Label (IV, extrait, 1956)

Léon-Gontran Damas, écrivain, poète et homme politique français.

Black-Label, et autres poèmes, NRF Poésie/Gallimard, 2011. Édition établie par Sandrine Poujols.

SONNE SONNE ET SONNE
sonne à mon cœur mariné dans l’alcool
dont nul n’a voulu tâter à table hier
sonne et sonne
minuit de clair de lune à trois
dont l’image est à jamais en UNE
FEMME entrevue en l’Île aux mille et une fleurs
assise au pied des mornes verts
et filaos échevelés
et flûte de bambou du Pâtre éveillé modulant la rengaine en sourdine
et le bruit court dans les halliers
et ma voix clame en EXIL
et l’EXIL chante à deux voix
et voici ELYDÉ
et réveillé net de nouveau se déroule le film du rêve recréé
et pourquoi en vouloir
POURQUOI EN VOULOIR À TOUS CEUX DONT JE SUIS
qui retrouvent enfin
le fil du drame interrompu
au bruit lourd des chaînes
du brigantin frêle
mouillant dans l’aube grise de l’Anse aux KLOUSS
MASKILILIS
malins qui dansent

m’expliquerez-vous pourquoi toujours sur cet immense fond
rouge de sang d’hommes jusqu’au dernier armés de sagaies et de
flèches à l’usage inutile

Être de ceux qui jamais n’ont cessé d’être
un souvenir qui soudain retrouve enfin
le fil du drame interrompu
au bruit lourd des chaînes
du brigantin frêle
mouillant dans l’aube grise de l’Anse aux Klouss
c’est bel et bien restituer
le parfum fort du rythme des heures claires
battu le rythme
coupé le rythme
et
refoulé le rythme
[…]

Graffiti (1952)

JAMAIS PLUS
jamais plus une après-midi chaude sur deux
d’illusions
de rêves
la pâle angoisse la folle inquiétude
n’auront à se ronger les ongles
d’attendre à la fenêtre qui regardait d’un œil vague
le gazon incliné du jardin sur lequel deux chères choses pépiaient si tendrement
[l’amour

Car jamais plus
jamaisplus une après-midi chaude sur deux d’illusions de rêves
la pâle angoisse la folle inquiétude à se ronger les ongles d’attendre à la fenêtre
qui regardait d’un oeil vague
le gazon incliné du jardin sur lequel deux chères choses pépiaient si tendrement
[l’amour
ne verront plus jamais s’en venir
le doux sourire des roses rouges

The Dissident
L'indécence et le courage de la liberté.