Blade MC censuré : Les raisons de la colère ou les maux nécessaires - The Dissident - The Dissident

Blade MC censuré : Les raisons de la colère ou les maux nécessaires

Crédit Blade MC Alimbaye

Crédit Blade MC Alimbaye

Parce que ses textes sont « trop engagés », le Nouveau Casino de Paris a déprogrammé l’artiste Blade MC alors qu’il devait s’y produire en mai prochain pour la sortie de son premier album « Bleu Point Zéro ». En conséquence, The Dissident offre à Blade ses colonnes pour s’exprimer et dénoncer cette triste censure.

Je m’appelle Blade MC AliMBaye, le Havre constitue mon ADN, un fier normand, un pur produit du terroir, de la 3ème génération, exclu du débat : intégration et autres blabla institutionnels, je ne suis pas un immigré.

Mon grand-père, père de ma mère a fait la guerre pour libérer la France sous le régime nazi, un tirailleur, « j’ai la peau corbeau », mes origines sont Sénégalaises et Bissau-Guinéennes. Je suis manjak-diola, les diolas sont reconnus pour être des guerriers pacifistes qu’aucun colonisateur n’a réussi à soumettre.

A l’heure du chant libéré du Rossignol, l’époque est confuse.
Je suis en proie au doute comme bon nombre d’entre nous.
Je cède à la colère sous l’aversion de la classe politique.
Le grondement râle du peuple, l’indignation sélective, les actes terroristes de par le monde.
Je n’aime pas l’inimitié du sort réservé aux migrants.
Cette colère contraint ma réflexion à se questionner, face à l’injustice devenue monnaie courante.
Laissez-moi vous conter une nouvelle péripétie, une de plus.
Tout frais est le courriel que je viens de recevoir.
Il m’est littéralement notifié que je ne pourrai pas jouer mon premier album « Bleu Point Zéro » en mai prochain dans la salle de spectacle du Nouveau Casino de Paris. Alors que l’on était sur le point de finaliser les négociations à propos de la location de la salle, l’un des programmateurs et son supérieur nous répondent : « Nous trouvons ses textes et son album trop engagés ».
Comprenez donc ma stupeur.
Pour l’artiste que je suis, il est important de combattre toutes formes de censure. La haine promulguée quotidiennement par les puissants de ce monde devrait se combattre sur le ring de l’expression artistique libre.
Paradoxalement, ce sont nos institutions qui m’accordent un espace de dialogue puisque j’ai récemment été invité au Salon du Livre par le Ministère des Outre-mer. J’ai pu jouer quelques morceaux de « mon album trop engagé » devant le Président de la République Hollande, quelques-uns de ses ministres ainsi qu’un public hétéroclite. « Mes textes trop engagés » invitant les individus à échanger sur un monde en mouvement fait de diversités unificatrices. Dans les raccourcis que vous semblez emprunter en pensant que ce projet attise un brasier que seuls vos fantasmes semblent nourrir.
La nature me souffle : « Méfie-toi du chant du Rossignol ces temps-ci ses gammes amalgames n’ont pas l’âme aimable », mais l’erreur semble humaine,
cela me conforte dans l’idée d’arpenter le bon chemin.
Je n’ai pas déposé les armes.
J’avance en paix même dans la guerre.
Ceci est un autre symbole de lumière.

Blade MC AliMBaye

Auteur invité
Auteur invité