Colloque « Les Harkis, des mémoires à l'histoire », les 29 et 30 novembre 2013 - The Dissident - The Dissident

Colloque « Les Harkis, des mémoires à l’histoire », les 29 et 30 novembre 2013

Image tirée du film "La mémoire des Harkis" - 2003

Le vendredi 29 novembre et le samedi 30 novembre 2013, la Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie organise, à l’Hôtel national des Invalides (Amphithéâtre Austerlitz), un colloque intitulé « Les Harkis, des mémoires à l’histoire ».

1962-2013. Année après année, la recherche historique progresse, avec pour ambition de rapprocher mémoires et histoire sur la voie de l’apaisement. Une question suscite encore un débat très particulier : celle des supplétifs. Une catégorie particulière se détache de cet ensemble. Elle en est parfois proche, parfois éloignée, celle des harkis.

Ce colloque a pour objet d’apporter sinon des réponses satisfaisantes et définitives, du moins des éléments et des éclairages qui rendent justice à des hommes qui ont été des acteurs importants d’un moment de notre histoire. C’est la raison pour laquelle il est demandé aujourd’hui à des historiens et à des personnalités particulièrement compétentes d’apporter à la fois la rigueur de l’analyse et l’intérêt du témoignage. Ce colloque n’a pas d’autre ambition et encore moins celle de distribuer le blâme ou l’éloge selon les publics et les circonstances.

Instituée par l’article 3 de la loi du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés, la Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie, présidée par Frédéric Grasset, ancien ambassadeur de France au Maroc, a pour objet « d’expliquer ces évènements et d’en transmettre la mémoire ».

Colloque « Les Harkis, des mémoires à l’histoire »
29 et 30 novembre 2013
Hôtel national des Invalides – 75007 Paris
Site de la Fondation Algérie-Maroc-Tunisie: cliquer ici 
Alice Dubois
Journaliste et chroniqueuse, avec prédisposition naturelle pour les sujets de société, la biosphère et les culture(s). Après une vie entre spectacle vivant et agence de com. La presse écrite ? Depuis sa première machine à écrire, en 1984.