Sur Internet, la campagne présidentielle de 2017 a déjà commencé - The Dissident - The Dissident

Sur Internet, la campagne présidentielle de 2017 a déjà commencé

Le secret serait bien gardé si les candidats ne devaient pas réserver leurs noms de domaine à l’avance.

C’est dans trois ans, pourtant ils y pensent tous. Le secret pourrait être bien gardé s’il ne fallait pas réserver très à l’avance les noms de domaine des sites internet des campagnes électorales, pour ne pas se les faire chiper à l’approche du jour J. Un certain nombre de particuliers en quête d’un bonus pécuniaire, deviennent les heureux propriétaires de noms de domaines toutes tendances confondues. D’autres préfèrent rester anonymes et témoignent ainsi d’une démarche autrement plus sérieuse que la monétisation d’une url. Voici un petit tour d’horizon des adresses web d’ores et déjà réservées.

Nicolas Sarkozy, la surprise que l’on n’attend plus

Battu par François Hollande en 2012, Nicolas Sarkozy avait assuré à son entourage et aux Français qu’il se retirait de la politique pour « faire du fric ». Mais voila, « quand on a été président, on le reste ». La France l’appelle, il faudra bien un jour qu’il revienne pour lui donner ce dont elle aurait besoin : un leader, un vrai.

Rendez-vous sur sarkozy2017.fr (propriétaire anonyme) pour le voir au Trocadéro offrir son corps à la France. Cette photo fut prise le 31 avril 2012 peu avant son dernier meeting électoral. L’occasion d’encenser « une France fière de ses valeurs, j’ose le mot, de son identité. Si nous renonçons à notre identité nous n’aurons rien à partager avec les autres identités dans le monde». Du recyclage, vraiment ?

Manuel Valls, le secret de Polichinelle

Les primaires du Parti Socialiste en 2012 sont déjà un lointain souvenir. Manuel Valls, ministre de l’Intérieur plus populaire que toute la gauche française réunie pour avoir su jouer habilement la carte de la sécurité et des stéréotypes sur les Roms, transpire l’ambition. Il ne passe pas une semaine sans qu’il ne se pose comme le seul socialiste capable de battre la droite en 2017. Son site internet, valls2017.fr (propriétaire anonyme), ne dit pas autre chose. L’air sérieux, rasé de près et déterminé à affronter l’avenir, petit col blanc coquet. Une photo prise sans doute entre deux plateaux télé. Valls serait donc plutôt futur président que futur Premier ministre. Pourquoi pas les deux ?

On tient le futur ticket du second tour, un Sarkozy vs Valls, sorte de duel entre premiers flics de France pour garantir un avenir « tolérance zéro ».

Ségolène Royal : www.royal2017.fr

Défaite en 2007, puis en 2012 aux primaires socialistes, Ségolène Royal tangue mais ne coule pas. Son nom de domaine existe. Hélas, c’est un particulier, Mathieu (le prénom a été changé, ndlr) , qui l’a réservé à sa place. Contacté par The Dissident, il explique sa démarche : « J’ai acquis ce nom de domaine après sa déclaration lourde de sens : ‘on ne dit jamais jamais en politique’. Le but étant de le revendre au moment opportun à un prix un peu plus élevé. » Une manière astucieuse d’arrondir les fins de mois. « Si le cas d’un accord à l’amiable se présente, je ne demanderais pas une somme astronomique. Trois mille euros, cela me parait très peu une fois englouti dans un budget de campagne. Je ne veux pas décrocher le gros lot, j’ambitionne simplement un petit bonus pour la vie quotidienne ». Une somme certes dérisoire quand on la compare aux 10 millions d’euros de la campagne Balladur qui, selon Mediapart, proviendraient bien de la vente de frégates à l’Arabie via un compte en Suisse, et non de la vente de tee-shirts à l’effigie du candidat. 3000 euros, c’est sans doute moins que des frais d’avocat dans le cadre d’une action en justice.

Jean-Marc Ayrault : www.ayrault2017.fr

Pas de photo sur le site qui porte le nom du Premier ministre, simplement une annonce indiquant que l’adresse web n’est plus disponible. Quand on cherche un peu, on apprend que Stéphane Koskas serait à l’origine de la manœuvre. L’ancien maire de Nantes se verrait-il calife à la place du calife ? Nous attendons un retour de ce monsieur Koskas, dont il y a fort à parier qu’il s’agisse d’un particulier.

Cécile Duflot : www.duflot2017.fr

La femme de tête d’Europe Ecologie – Les Verts, Cécile Duflot, aujourd’hui ministre du Logement, est officiellement dans les starting blocks. Son nom de domaine est réservé par l’organisation Les Verts Nationaux  tandis que celui de Nicolas Hulot appartient à un propriétaire anonyme.

François Hollande : www.hollande2017.fr

L’actuel président de la République possède un nom de domaine pour 2017, signe qu’il aurait donc bien une vision à long terme : celle de sa réélection. Là encore, la réservation a été faite par un propriétaire anonyme.

Jean-Luc Mélenchon : www.melenchon2017.fr

Mauvaise nouvelle pour le chef de file de la gauche de la gauche (qui s’est réveillé après 31 ans de bons et loyaux services au PS comme sénateur, député européen puis Ministre), son url a été spolié par les patrons de Curriculum Vidéo. Une société qui propose aux étudiants de leur réaliser un CV vidéo sur mesure pour à peine 20€.

Jean-Louis Borloo : www.borloo2017.fr

Au centre, l’Union des Démocrates Indépendants (UDI) aurait son candidat : Jean-Louis Borloo, le président, dont le nom de domaine a été réservé. Yves Jégo, Rama Yade, Hervé Morin n’ont pas le leur. Cela dit, le site bayrou2017.fr appartient cependant à un monsieur Xavier Desplats.

François Fillon : www.fillon2017.fr

François Fillon n’a pas eu le réflexe d’assurer ses arrières sur le net. Son nom de domaine est la propriété de Sammy Dia, un particulier qui a eu le nez creux. « Pendant les élections de l’UMP, j’ai vu sur Twitter que le fillon2017.fr était disponible. C’est une façon comme une autre de s’amuser… J’attends que l’UMP me fasse signe. Il est clair que je ne leur remettrai pas les clefs sans contrepartie. J’aviserai lorsqu’on me contactera ». La plupart des url des autres candidats potentiels étaient déjà indisponibles à l’époque. « Il serait facile de les récupérer en fonction des dates d’expiration en profitant des quelques jours pendant lesquelles elles seront libres. »

Jean-François Copé : www.cope2017.fr (propriétaire anonyme)

Le président contesté de l’UMP semble piégé. L’internaute curieux retrouvera sur ce nom de domaine quelques blagues potaches qui contrastent avec le caractère pince-sans-rire de Jean-François Copé. L’anonymat du propriétaire pourrait induire une volonté d’ennuyer le clan Copé.

Xavier Bertrand : www.bertrand2017.fr

Il a faim et ne s’en cache pas, ancien ministre de l’Emploi sous Sarkozy, Xavier Bertrand a un projet pour la France. « Sous », c’est d’ailleurs bien là que se pose le problème et il revendiquera l’investiture présidentielle avec ou sans Sarkozy. Il semble néanmoins que l’officialisation de sa candidature en 2017, du moins pour les potentielles primaires de l’UMP, n’ait pas été accompagnée de la réservation de son nom de domaine. Celui-ci est au nom de Richard Renault, qui nous affirme ne pas faire partie de son entourage : « J’ai simplement fait le pari qu’il serait candidat ».

Nathalie Kosciusko-Morizet : www.nkm2017.fr (propriétaire anonyme)

Pour 2017, NKM joue sur un billard à cinq bandes. Elle se verrait bien en première présidente de la République française. Les municipales ? Un outil pour sonder l’opinion des français et mesurer sa popularité.

Alain Juppé : www.juppe2017.fr (propriétaire anonyme)

Le fidèle de Jacques Chirac, arbitre de l’UMP, fut le médiateur de la crise d’égo qui a secoué son parti. Ce n’était manifestement pas désintéressé. Discret, poli, et expérimenté, Alain Juppé se faufile entre les polémiques et pourrait très bien jouir de son image rénovée pour coiffer au poteau ses amis de l’UMP.

Nicolas Dupont-Aignan : www.dupontaignan2017.fr

Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a également réservé le dupont-aignan2017.fr au nom de Debout la République, le parti qu’il a fondé. On attend désormais sa prochaine opération choc.

Marine Le Pen : www.lepen2017.fr (propriétaire anonyme)

Marine Le Pen est là où on l’attend. Les noms de domaine vaguebleumarine.fr et lavaguebleumarine.fr sont réservés depuis le 25 mars 2011. Son ambition ne s’arrête pas là, puisque les adresses rassemblementbleumarine2017.fr et marine2017.fr ont également été achetées. Pour ne pas être confondue avec papa ?

Christian Estrosi : www.estrosi2017.fr

Champion de moto en 1977, Christian Estrosi, dit le « motodidacte » dans le milieu, passerait-il la cinquième pour tenter de doubler son idole, Nicolas Sarkozy ? Son nom de domaine a été réservé par Toptimiz, une agence de communication niçoise. Nous attendons toujours leur réponse à nos sollicitations.

Les absents

La liste est déjà longue. Où sont passés les Martine Aubry, Arnaud Montebourg, Laurent Fabius, Pierre Larrouturou, Christine Boutin ? Tous ces noms sont libres, avis aux amateurs.

Baptiste Duclos
Baptiste Duclos, journaliste et rédacteur en chef de The Dissident.